jeudi 11 mai 2017

Réjouissons nous de la saleté de nos enfants !!!!

19 heures à la maison, mercredi 10 mai 2017  c'est le coup de feu de la soirée...
Je m'active pour préparer le repas partagée entre la cuisine et le jardin pour le barbecue, entre deux je persécute ma tribu pour un peu d'aide et veille à ce que la grande ne se disperse pas sur son téléphone en mettant la table et que ma moyenne ne s'affale pas dans le canap' devant les clips entre deux allers et retours pour vider le lave vaisselle... Le papa n'est pas encore rentré, les chiens s'agitent de me voir en cuisine pensant que l'heure de la gamelle est proche... Dans la salle de bain le sèche linge bippe depuis déjà 5 minutes m'indiquant que le programme est terminé et que si je ne veux pas des vêtements tout froissés, il me reste moins de 5 minutes pour aller lui ouvrir le ventre et plier les 5 kilos de linge propre quotidien de la tribu...
Sauf que je ne dois surtout pas oublier de signer le chèque pour la cantine du collège, ni de rappeler à mon ainée qu'il ne lui reste que demain pour retirer le dossier de bourse Jaune ,  et de vérifier que l' URSSAF a bien effectué le prélèvement automatique parce que le trimestre dernier leur serveur a merdé et c'est pourtant à moi qu'ils ont facturé les pénalités de retard...
Je dois aussi m'occuper de deux de mes clients ce soir et j'ai beau réfléchir dans tous les sens , je ne suis pas posée avant 22 heures, même si plus rien ne se rajoute.
Je pense que ce genre de soirée et cette illustration de charge mentale doit parler à beaucoup de mères de famille...
Et donc à ce moment là mon petit dernier 10 ans débarque dans la cuisine en me disant "Maman va falloir faire une lessive parce que mes vêtements sont tout sales...regarde !!!"
Je me retourne pour jeter un rapide coup d'oeil et acquiescer histoire qu'il quitte les lieux et ne me ralentisse pas dans mon organisation réglée quasi à la minute quand je le découvre dans un état qui imposait  de lui même trempage et détachant avant lavage !
Fatiguée de ma journée et de ce rajout de travail j'ai ouvert grand la bouche prête à balancer à plein poumons  un truc du genre :

- ARRRRGLLLL !!!! 
MAIS CE N'EST PAS JUSTE SALE ÇA !!!!! 
TON PANTALONS ETAIT BLEU CIEL 
ET IL EST TELLEMENT PLEIN DE POUSSIÈRES 
QU'IL EST GRIS!!! 
CINQUANTE NUANCES DE GRIS 
DES FESSES AUX GENOUX 
EN PASSANT PAR LES JAMBES !!! 

MAIS CE N'EST PAS POSSIBLE ! 
COMMENT TU FAIS POUR 
RENTRER AUSSI  NOIROUF !!!! 
TON TEE-SHIRT EST TACHÉ DE CHOCOLAT, 
RUINÉ DE SUEUR , 
BIEN ÉLIMÉ DANS LE DOS D'AILLEURS !!! 

TU NE PEUX PAS FAIRE UN PEU 
ATTENTION A TES AFFAIRES !!! 
TU CROIS QUE JE N'AI QUE ÇA A FAIRE  
QUE DE PASSER MA VIE A FAIRE DES LESSIVES ??? 
JE SUIS TA MAMAN PAS TA BLANCHISSEUSE !!! ...


Mais rien n'est sorti...
Avant que ma fatigue et ma colère de ne voir qu'une charge de travail supplémentaire ne s'expriment, la réflexion et la raison avaient repris le contrôle...

Evidement, crier ne sert à rien comme c'est écrit dans tous les bouquins d'éducations positive  et bienveillante...
Evidement, j'en ai bien conscience la majeure partie du temps, mais il y a des moments où on crie et on se dit après coup que finalement, à part nous décharger nous de ces mauvaises énergies, cela n'a servi à rien... Pire ! L'enfant crié se retrouve alors chargé de toute cette colère et la déchargera a son tour sur quelqu'un d'autre , bien souvent les frères ou soeurs, qui à leur tour... Et ainsi de suite...
Enfin Bref vous avez compris !




Mais au delà de cela, j'ai pris conscience que si mon petit homme était si crado à 19h c'est parce qu'il avait passé son après-midi à faire du roller-derby avec sa soeur sur le parking de la gare, qu'il était tombé souvent, qu'il s'était relevé encore et encore pour apprendre et s'amuser au lieu de rentrer en chouinant pour se poser devant la télévision...
Ils avaient passé du temps ensemble, goûté assis par terre n'importe où parce qu'à 10 ans on s'en fout et on s'assoit ou on veut et quand on veut et que cela fait partie des privilèges des enfants...
Et oui, nous les adultes avons trop souvent perdu cette liberté, dépassée par des contraintes qui n'existent que dans nos têtes et qui comprennent souvent l'interprétation et le regard des autres ou juste le "ça ne se fait plus à notre âge"...
De midi à 19 heures, ils avaient bricolé dans le garage avec leur papa, fabriqué un spinner avec des vieux roulements de skate et des serre'clips, imaginé,  crée, patiné, rit...
Ils se sont fabriqués des souvenirs loin des télévisions, des consoles de jeux, des écrans de téléphone portables... Ils ont vécu une vie d'enfant que j'ai presque envie d'appeler "à l'ancienne"...

Le soir ils étaient fatigués, éteints même, il n'ont pas eu besoin de berceuse pour s'endormir et il n'a pas fallu leur demander 5 fois d'aller se coucher... Ils s'étaient tellement dépensés dehors que le sommeil fut aussi rapide que réparateur...

Alors je me suis dit que finalement, j'aimais quand mes enfants rentraient tout crapés !
Et je pousse même jusqu'à plus ils sont crapés, plus ils doivent être heureux!!!
Alors je n'allais quand même pas leur crier dessus pour une lessive...

Après quelques secondes bouche ouverte et silencieuse et sous le regard interpellé de mon petit homme, j'ai fini par lui demander si il avait passé une bonne journée !!!
Et son engouement à me répondre le "OH OUIIIIII ALORS !!!" Fut la meilleurs des compensations pour mon surplus de lessive...

Aucun commentaire: